Connaissez-vous ces boissons bénéfiques pour les cyclistes ?

 Velo_de_course_97.1_boissons_benefiques

Certaines boissons bénéfiques, parfois un peu particulières – ou carrément
surprenantes ! – sont paraît-il à conseiller, avant ou après une sortie à vélo.

Je vous en propose ici  quelques-unes :

Le thé vert :

Consommé nature (ou aromatisé), le thé vert est un excellent anti-inflammatoire.Si vous y ajoutez du gingembre frais râpé, ce sera encore plus efficace.

Astuce : si vous faites comme moi et que vous avalez aussi les petits morceaux de gingembre au fond de la tasse, c’est encore mieux !

 

La bière  (sans alcool, c’est mieux) :

J’y ai déjà consacré un article sur les bienfaits de la bière. Elle contient en effet à la fois des vitamines B, des sels minéraux et des anti-oxydants, tous excellents pour la récupération. Seul l’alcool n’est pas le bienvenu…

 

Le jus de cerise :Velo_de_course_97.2_cerises

Le jus de cerises est paraît-il très efficace pour prévenir les courbatures, mais aussi pour les soulager après l’effort. De quoi avantageusement remplacer le jus d’orange du petit déjeuner !

En plus, le jus de cerise serait très efficace pour améliorer la qualité et la durée du sommeil, ce qui est d’autant plus intéressant après une grosse sortie à vélo :  on est parfois trop fatigué et on dort mal.

Seul bémol : on ne trouve pas facilement du jus de cerises ! Alors si vous avez la chance d’en trouver près de chez vous, profitez. J’ai découvert cet article très intéressant : Le jus de cerises – Un bienfait pour l’humanité qui parle notamment d’une production en France, dans le Lubéron.

Hmm… même si vous avez des courbatures en roulant, ce n’est pas une raison pour aller chaparder des cerises ! Je vois chaque année des cyclistes qui ne se gênent pas pour le faire…

 

Le jus de carotte (betterave) rouge :

Une chose est sûre : si vous buvez cette boisson, vous allez faire pipi « rose », mais ce n’est pas grave :-)

La carotte rouge a des effets bénéfiques reconnus sur les vaisseaux sanguins et sur le système cardio-vasculaire. Il va donc vous aider à repousser vos limites lorsque vous fournirez de gros efforts sur le vélo.

En Suisse on trouve très facilement du jus de carotte rouge bio dans les grandes surfaces. Dans les autres pays, vous devez logiquement en trouver dans les magasins diététiques et  peut-être aussi en grandes surfaces ?

Question goût, en revanche, ce n’est  pas terrible… à mon avis ! Il est généralement additionné de citron, pour que ça passe un peu mieux, mais ce n’est pas ma boisson préférée du petit déjeuner !

 

Le jus de légumes « spécial équipe Sky » :

Velo_de_course_97.3_brocoliVoici une info que j’ai découverte à propos de l’équipe anglaise Sky : au petit déjeuner, ils avalent tous un jus de brocoli/carotte rouge/céleri/ananas et apparemment ils adorent ça !

Eh bien, à voir le résultat final aujourd’hui même sur le Tour de Romandie (gagné par Christopher Froome et son équipe Sky qui remporte aussi le classement par équipe), ce jus de légumes leur réussit plutôt bien ! Même il n’y a pas que ça, bien évidemment…

Tiens, ça me rappelle les « patates de récupération » que mangeaient Lance Amstrong et son équipe (US Postal ?) à l’époque, à la fin de chaque étape du Tour de France… sans comparaison, bien sûr ! ;-)

Tout jus de légumes fraîchement pressé a d’ailleurs un effet bénéfique sur notre corps avant d’aller rouler : pas de fibre difficile à digérer avant l’effort (contrairement au légume entier), beaucoup de vitamines et de minéraux et un effet alcalinisant bienvenu pour les intestins.

 

L’eau de noix de coco :Velo_de_course_97.5_noix_de_coco

Si vous avez la chance de pouvoir boire l’eau de la noix de coco fraîche, vous en tirerez un bénéfice immense comme boisson de récupération.

Cette eau va en effet vous réhydrater tout en vous apportant de nombreux minéraux : principalement du potassium, mais aussi du phosphore, du calcium, du magnésium, du fer et du zinc.

C’est une boisson à laquelle il faut penser si vous avez l’occasion de rouler dans un pays producteur de noix de coco – ou encore mieux : si vous y habitez !

 

Le jus de cornichons (pickle juice en anglais) :

Ne jetez plus le jus de vos bocaux de cornichons !

En effet, à part le goût (!), le jus au vinaigre de votre bocal de cornichons contient plus ou moins les même ingrédients de base qu’une boisson isotonique :

  • sel
  • chlorure de calcium
  • vinaigre (acide acétique)

Les boissons isotoniques ne contiennent évidemment (heureusement !) pas de l’acide acétique, mais de l’acide citrique.

Mais bon, de là à verser le jus de mon bocal de cornichons dans ma gourde… :-(

Il n’empêche que plusieurs études américaines ont démontré que ce jus est bénéfique contre les crampes (il faut cependant le diluer, car tel quel il est trop riche en sel). A consommer donc comme boisson de récupération !

C’est peut-être pour cette raison qu’on trouve parfois des cornichons aux ravitaillements des courses cyclos ? Ou c’est juste pour accompagner le morceau de fromage ? :-)

 

Le colostrum :

C’est le lait que produit la vache entre le moment de la naissance du veau et 24-48 heures après. Vous trouverez plus de détails ici, si cela vous intéresse.

Notez que ce colostrum existe aussi chez la femme ! Si vous avez été élevé au sein, vous en avez bu pendant les premières heures de votre vie. Vous avez donc un système immunitaire plus développé que quelqu’un qui n’a pas eu cette chance.

Ce colostrum est nettement plus riche en protéines et en immunoglobulines (anticorps ou stimulants du système immunitaire), donc intéressant pour la récupération chez nous, les cyclistes !

On le trouve apparemment plutôt sous forme de protéine de lait (en poudre), car le lait lui-même est très gras – et la vache n’en produit que très peu, évidemment.

Ce n’est pas un produit miracle, mais simplement un complément alimentaire davantage protecteur au niveau des intestins.

Velo_de_course_97.4_veau_colostrum

 

Après ça, si ces jus et autres boissons bénéfiques, mais un peu bizarres, ne vous tentent pas trop, rien ne vous y oblige ! Les boissons « courantes » comme le thé noir,  le café ont aussi leur bienfaits, comme je l’ai démontré dans cet article pour le café ou encore dans celui-là pour la caféine en général.

A votre bonne santé !

Antoinette

 

 

Partagez :
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Buzz
  • PDF
  • Print
This entry was posted in Alimentation and tagged , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

6 Responses to Connaissez-vous ces boissons bénéfiques pour les cyclistes ?

  1. Notari says:

    hello Antoinette
    super ton article on en apprend tous les jours bon pour la SKY il n’y a pas que les jus de fruits et légumes il faudrait aller voir du côté de Tenerife leur base .
    soit dit en passant que l’an passé j’avais fait une cure de jus de betterave rouge pendant 1 semaine pour la cyclo du tour de France Orchies-Boulogne sur Mer et je peux te dire que c’était vraiment bien pas de crampes et bonne condition au plaisir de te relire
    yves

    • Antoinette says:

      Ton expérience avec le jus de betterave est super intéressante ! Je vais la tester la prochaine fois que je ferai plusieurs jours de vélo de suite. J’en ai bu occasionnellement, mais pas comme ça, en cure.
      Quant à Sky, c’est bien clair qu’ils ne doivent pas se contenter de jus de légumes. Mais d’après différents articles que j’ai lus, le responsable de l’équipe en matière de nutrition, Nigel Mitchell, insiste beaucoup aussi sur un apport d’aliments « normaux » tels que fruits et légumes, gâteaux de riz, huile riche en omega 3 etc… mais il parle aussi de ce fameux colostrum !

  2. Joebar says:

    Entièrement d’accord avec André !
    Cependant, pour ma part, une « petite » bière ou un panaché, même en cours de sortie si une collation est prévue à midi, permet parfois de couper le goût pouvant devenir écoeurant des boissons isotoniques et remettre l’estomac au milieu du village…

    • Antoinette says:

      Ah ça c’est certain que toi et les copains êtes la preuve que la bière peut vous remettre d’aplomb ! En tant que non consommatrice de bière, je ne pas en juger par moi-même, mais en tout cas je peux en témoigner… ;-)

  3. Drouguet André says:

    Réflexion autour de la bière, boisson de récupération.
    Bière boisson de récupération…
    La bière bénéficie d’une aura favorable et est souvent considérée comme pouvant aider à la récupération après une bonne sortie.
    Qu’en est-il exactement ?
    La bière est bien sûr une boisson désaltérante. Elle contient de bonnes choses pour notre corps et notamment beaucoup de vitamines du groupe B (dont la vitamine B12, facteur anti anémique présent dans très peu d’aliments). Certains de ses composants, au même titre que les légumes et le vin, jouent un rôle important dans le ralentissement du vieillissement des cellules. Ils réduisent aussi le risque de maladie du cœur et du cancer. En outre, sa vitamine B et son chrome sont deux agents indispensables pour convertir les hydrates de carbone (glucides) en énergie.
    Mais si la bière possède de nombreux bienfaits, juste après l’effort, ou dans les heures qui suivent, elle ne sera pas une boisson de récupération.
    En effet, chez un cycliste partiellement déshydraté, ses qualités diurétiques ne feront qu’amplifier le déficit hydrique, à un moment où l’organisme cherche à restaurer son capital en eau.
    La bière contient peu de sodium, sel minéral dont l’apport est conseillé après l’effort ayant engendré une transpiration intense, pour restaurer rapidement le volume plasmatique, fluidifier le sang, diluer la concentration des toxines produites par l’effort et faciliter leur élimination urinaire. Il faudra donc dans un premier temps boire abondamment de l’eau ou des boissons dites de récupération et c’est seulement quand le volume plasmatique aura retrouvé sa valeur d’avant sortie, après 3 ou 4 heures d’hydratation correcte, qu’il est seulement conseillé de savourer une bière.
    Son apport en sucres, intervenant pendant la période dite de « fenêtre glucidique » (les 6 heures suivant la fin de l’effort, laps de temps durant lequel l’organisme reconstitue rapidement ses réserves en glycogène), est alors appréciable pour reconstituer les stocks énergétiques. La teneur en vitamines B peut alors dans certaines mesures favoriser la récupération.
    Il est aussi fortement conseillé de ne consommer de la bière sans alcool ; la bière, blonde ou brune, avec alcool (5% en moyenne de teneur en alcool) est, en cas de consommation excessive, susceptible d’altérer à plus ou moins court terme, car affaibli par l’effort physique, le jugement et la coordination. Et à plus longue échéance, de perturber le métabolisme et le re-stockage du glucose, d’augmenter le temps de récupération et, en cas de blessure, de retarder la guérison en limitant la production naturelle d’anti-inflammatoires.
    Mais ce n’est pas tout, car quand l’alcool est ainsi absorbé par l’organisme, l’excès d’hydrate de carbone est stocké en graisse et donc, si vous buvez trop de bière contenant de l’alcool, vous roulerez finalement plus pour perdre les nombreuses calories que la bière contient (44 kcal par 100 g (+/-10 cl)).

    Largement inspiré d’un article paru dans la revue fédérale belge CYCLO, n° 2 d’avril 2009.

    • Antoinette says:

      Tout à fait d’accord avec toi André ! J’apporterais juste un complément en ce qui concerne le sel : la bière est bien plus riche en potassium qu’en sodium et c’est souvent le potassium qui nous manque…
      Ceci dit, c’est certain que seule, la bière ne va pas suffir à recharger entièrement les batteries : il faut bien entendu d’autres apports nutritionnels. Mais je suis toujours impressionnée de voir combien les copains sont encore fringants sur le vélo après une bière… :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.