Selle de vélo de course – Aïe ! j’ai mal aux fesses ! (partie 1)

Velo_de_course_98.1_selle_velo_de_course

Si vous n’avez jamais eu « mal aux fesses » sur votre vélo de course – ne serait-ce qu’un petit peu… – c’est que vous faites partie des exceptions ! Et que vous avez trouvé une selle parfaitement adaptée à votre fessier.

Je dis « mal aux fesses », mais dans cet article (et le suivant) je vais parler spécifiquement des irritations de l’entrejambe. Je laisse volontairement de côté les autres douleurs plus graves liés aux nerfs etc. qui sont l’affaire de spécialistes.

Alors, pourquoi a-t-on des irritations ?

Parce que nos fesses ont été façonnées par dame Nature de manière à s’asseoir sur les parties rembourrées et pas sur le milieu ! Et encore moins de bouger 8’000 à 10’000 fois (!) sur une sortie de 2h.

Eh oui ! Faites le calcul : 70-80 tours de pédales par minute x 120 minutes… Imaginez le nombre de frottement sur une année entière !

Mais si on était assis « sur nos fesses », comme dans un fauteuil, on ne pourrait tout simplement pas tourner les jambes – sauf sur un vélo couché.

Pourtant, à voir le nombre de cyclistes qui roulent avec plaisir – bien assis et sans avoir (trop) mal (ou alors ils ne le disent pas…), des solutions existent pour améliorer avantageusement la situation (j’en ai fait l’expérience).

Alors voici tout d’abord quelques astuces pour trouver la bonne selle. Dans le prochain article, je vous expliquerai comment guérir ces fameuses irritations  :-)

 

On est tous-toutes différent-es !Velo_de_course_98.4_homme_femme

Non seulement la morphologie du bassin entre un homme et une femme est très différente – ça, vous l’aurez remarqué… – mais elle l’est également entre les femmes, et c’est la même chose pour vous, messieurs.

Ce qui fait principalement la différence entre individus, c’est l’écartement des os du bassin au niveau des fessiers (mais un bassin large ne signifie pas automatiquement des os écartés).

Intervient aussi la souplesse du bas du dos, qui fera que votre bassin sera plus ou moins incliné vers l’avant ou l’arrière lorsque vous serez assis sur votre selle.

Alors quand un-e cycliste bien intentionné-e vous dit :

« Tu devrais prendre la même selle que moi, elle est formidable, je n’ai jamais mal ! »

Ne l’écoutez pas ! Vous devez décider par vous-même (mais rien ne vous empêche de tester la selle en question, bien entendu !).

 

Velo_de_course_98.3.1_selleComment choisir une selle ?

En la testant !

Certaines marques proposent de mesurer au préalable l’écartement de vos os (comme Bontrager par exemple), mais rien ne vaudra jamais un test sur le vélo.

Tester une selle est malheureusement souvent plus difficile pour nous les femmes, car non seulement il y a moins de modèles sur marché, mais aussi les vélocistes rechignent à en mettre en test.

Un seul moyen : insistez ! Testez plusieurs modèles différents : avec/sans trou, avec/sans gel, larges, étroites…

Un de mes amis a mis longtemps à trouver une selle à sa convenance, jusqu’à ce qu’il découvre qu’il lui fallait impérativement une selle avec un bec très étroit.

Astuces :

Pour tester correctement une selle, faites bien attention qu’elle soit positionnée à la même hauteur que la vôtre. Cela signifie qu’il faut parfois modifier la hauteur du tube de selle, les selles n’ayant pas toutes la même épaisseur.

En revanche, c’est plus difficile d’être exact pour le recul de selle, si sa forme est différente de la vôtre. Ne partez pas rouler sans un outil multifonction dans la poche, pour faire des réglages au besoin !

Faites une sortie d’au moins 50 km sur un parcours plat/vallonné. Mais si la selle vous fait mal au bout de 2 km, n’insistez pas, rentrez !

Si certains vélocistes refusent de vous prêtez une selle en test à l’extérieur, demandez à pouvoir la tester sur leur « vélo de réglage » (réglé selon vos mesures, bien entendu), histoire de vous asseoir dessus et de pouvoir pédaler un peu.

Si vous ne pouvez pas tester une selle, négociez une reprise ou un échange au cas où elle ne conviendrait pas.

Pour les cyclistes féminines : si vous achetez un modèle de vélo « homme » (c’est ce que j’ai), demandez à ce qu’on vous échange la selle contre un modèle femme, car il y 90% de chance que la selle ne vous convienne pas.
Mais attention ! Exigez un modèle femme de vélo de course, pas une selle du genre « balade en ville ».

Une selle de vélo doit d’ailleurs être assez dure. Un rembourrage trop mou crée en fait des frottements supplémentaires.

Une selle avec ou sans trou ? C’est entièrement personnel, aussi bien pour les hommes que pour les femmes. Sachez cependant que si vous roulez souvent sous la pluie, votre cuissard se fait mouiller à travers le trou, ce qui peut provoquer des inconforts :-(

Mettez votre ego dans votre poche : n’achetez pas une selle sur les seuls critères de légèreté, de couleur et de design : vos fesses s’en fichent !

Parfois, le problème d’inconfort peut aussi se régler si vous réhaussez votre cintre de 1-2 cm, suivant la souplesse de votre dos.

Velo_de_course_98.2_ruban_metrique

Une fois la bonne selle trouvée, vérifiez de temps en temps la position de votre selle, car elle peut bouger, surtout si vous mettez votre vélo dans votre voiture. Les points à vérifier sont :

 

 

  • la hauteur : si vous avez l’impression d’être un nain, c’est que votre tube de selle est descendu…
  • l’alignement du bec de selle avec la barre horizontale de votre tube (rouler assis de travers, c’est source de douleurs)
  • l’horizontalité : si vous commencez à avoir mal « devant » (je pense surtout aux femmes), c’est souvent parce que notre selle a basculé en arrière

 Velo_de_course_98.3.2_selle_trouee

 Si vous avez finalement trouvé une selle confortable, mais que vous avez encore de temps en temps des irritations, je vous donne rendez-vous dans mon prochain article, où je vous donnerai des astuces pour les prévenir et les guérir ;-)

Antoinette

 

 

 

Partagez :
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Buzz
  • PDF
  • Print
This entry was posted in Matériel and tagged , , , , , . Bookmark the permalink.

21 Responses to Selle de vélo de course – Aïe ! j’ai mal aux fesses ! (partie 1)

  1. Poinsenot says:

    Bonjour
    Je vien de lire votre article i-dessus en effet petit probléme de mal au c.. samedi sur 130 kilométres (mon premier 130 de l année :D ). Hier sortit en décrassage et impossible de me poser sur la selle vraiment mal et en étant assis sur une chaise également. Je suis carrément brulé, rapé sur les ischions et un cm en dessous :( J ai regardé un peu partout pour trouver les selles pouvant me convenir mais je ne sais pas quel(s) paramétres modifier?
    Ma selle fait 14cm en son endroit le plus large et 21 en longueur réglé à l horizontale et centré dans les rails. Je vais voir la baisser un peu mais c est dommage car je suis bien calé dans le creux sans trop de douleur au périné.

    • Antoinette says:

      Bonjour,
      Aïe… dur, dur de commencer l’année comme ça ! Est-ce que c’était déjà le cas l’an passé ? Si vous aviez déjà cette selle et pas de problème, à mon avis cela pourrait de venir de deux choses : 1) le cuissard 2) votre peau qui s’est « déshabituée » pendant l’hiver et redevenue plus sensible. Avez-vous essayé d’appliquer un onguent ? Je me suis rendue compte que l’on redevient beaucoup plus sensible dès que les températures augmentent au printemps.
      Si vous êtes bien sur votre selle, à mon avis ça ne doit pas être elle la coupable. Mais ça peut éventuellement se jouer à 5mm près… ça vaut peut-être la peine d’essayer de la descendre un tout petit peu. Mais, comme je vous l’ai dit, si vous n’avez pas de problème l’année dernière, je doute que le problème vienne de la selle elle-même. Auriez-vous éventuellement changé de modèle de pédales ? Ou de chaussures et les cales ne sont plus positionnées exactement comme sur les précédentes ? Dans ce cas, les appuis pourraient être différents.
      Sinon, pour trouver une selle qui puisse mieux vous convenir, je ne vois que la méthode empirique : aller en tester ;-)
      J’espère que ces pistes pourront vous aider…

  2. François L'Espérance says:

    Bonjour,

    Après un premier été de vélo d’environ 1500 km, mes douleurs aux fesses n’en finissent pas de partir. Ça commence avec un point à l’os du fessier pour ensuite devenir un engourdissement à l’isichio-jambier et presque des crampes. Après le 5 premiers km, je dois m’arrêter ou me lever pendant au moins 15 ou 20 secondes pour laisser le sang revenir dans me jambes…

    Je sais que l’article concerne principalement le frottement et qu’il ne s’agit pas de mon cas. Toutefois, seriez-vous en mesure de me guider dans ma recherche d’un peu plus de plaisir lors de mes sorties de vélos?

    • Antoinette says:

      Bonjour François,

      Est-ce que tes douleurs sont identiques des deux côtés ? Si c’est le cas, je vois plutôt un problème lié la selle elle-même ou à ta position.

      Pour la position, est-ce peut-être simplement la hauteur de la selle ? Tu pourrais commencer par là : l’abaisser de 2-3 mm (j’ai bien écrit : millimètres et pas centimètres) et voir si ça va mieux. Car il est possible que tu sois un poil trop haut et tu te déhanches.

      Si ça ne change rien, j’irais ensuite revoir le vélociste et lui demander si, par rapport à la souplesse de ton dos, tu ne serais pas bien positionné, par exemple trop penché en avant ?

      Troisième piste : essayer d’autres selles en test : vu que ta douleur vient très vite, ce sera d’autant plus facile (mais comme je le dis dans mon article, n’hésite pas à faire au moins 50 km avec une selle de test).

      Si, au contraire, tes douleurs ne viennent que sur un côté, je présume qu’il s’agit d’une asymétrie au niveau du bassin ou des jambes, ce qui fait que tu appuies plus fort d’un côté que de l’autre. Dans cas, je pourrais te conseiller une étude posturale chez un spécialiste, qui pourra te conseiller et éventuellement te proposer une compensation au niveau des semelles. Par la même occasion il contrôlera ta position de manière générale.

      Ce genre de service n’est pas encore très courant et coûte assez cher. Mais il vaut la peine quand on veut avoir du plaisir sur le vélo sans souffrir. Je peux éventuellement t’aider à en trouver un dans ta région.

      Je te souhaite bonne chance et espère que tu trouveras rapidement la solution !

  3. Fabrice says:

    Quand tu parles de tester une selles, c’est la prendre pour quelques heures sur son vélo ? car on sent vraiment un mal au bout d’un certain temps de vélo je trouve.

    • Antoinette says:

      Oui, c’est vraiment obtenir la selle en prêt de la part du vélociste et pouvoir rouler quelques heures, voire faire deux sorties si tu peux l’obtenir pour un week-end par exemple.

      J’ai indiqué 50 km de manière arbitraire, car tout dépend comment tu roules : si tu as l’habitude de faire des sorties de 100-150 km, mieux vaut en effet la tester sur une grande distance, mais à condition de bien la régler (hauteur, recul) pour ne pas qu’elle provoque des douleurs au niveau du reste du corps.

      Tout dépend ensuite de la « générosité de prêt » du vélociste ! ;-)

  4. JXI says:

    Entre la selle et le fessier, il y a le cuissard! Au début de mon activité de cycliste, je croyais que tous les cuissards se valaient sur ce plan, je me suis aperçu avec le temps que ce n’est pas le cas et qu’il vaut la peine d’y mettre un certain prix’

    • Antoinette says:

      Tout à fait d’accord ! C’est d’ailleurs un des conseils que je donne dans la 2e partie de mon article, que je viens de publier à l’instant :-)

  5. Crois moi je viens de lire ça avec attention ! Car sur le BRM400 du week end dernier, j’ai vraiment souffert ! Le cuissard y était aussi peut être pour quelque chose. Bon, et puis je ne m’attendais pas à faire 400 bornes sans avoir mal quand même ! Mais c’est vrai que ça prend de la réflexion, du test, du temps, pour trouver la bonne combinaison !
    Personnellement je j’ai jamais racheté de selle, je n’ai jamais utilisé que les selles achetées avec le vélo. Autrement dit, probablement des selles premiers prix.
    ‘Laboule’ (Tom, de Crozet) m’a montré sa selle ‘longue distance’ récemment: du bois et du cuir! C’est dur, très dur, mais il dit que c’est l’idéal. Et effectivement, pas de mousse, pas de mou, pas de gel, donc moins de frottements…
    Vivement la suite de ton article alors!!! je suis preneur crois moi :)

    • Antoinette says:

      Je viens de lire le récit extraordinaire du ton BRM400 (encore une fois un immense BRAVO !) et tu m’étonnes que tu aie eu mal aux fesses ! Avec une distance pareille…
      Dans la 2e partie de mon article je vais donner quelques astuces, mais il n’y a pas de miracle : on reste quand même assis sur un truc qui n’est pas 100% adapté, loin de là !
      Quant à la structure de ta selle, c’est clair qu’elle y est pour beaucoup, surtout sur des distances pareilles. Par contre, une selle sans gel ou sans « creux », pour vous aussi les hommes ça peut poser de sérieux problèmes, à cause de la pression… J’ai d’ailleurs trouvé très intéressant le témoignage de Jacques ci-dessous à propos de la fameuse selle Proust.
      … La suite dans mon prochain article ! :-)

  6. olivia says:

    Bonjour Antoinette
    Moi jai beaucoup de chance ! La bonne selle etait déjà sur le vélo quand je l ai acheté ,! Je n ai jamais eu mal aux fesses ! Heureusement car ce n etait pas le cas avec mon VTT ! Il est vrai qu on doit protéger notre entrejambe! On pourrait se faire très mal ! Merci pour cet article instructif !

    • Antoinette says:

      Bonjour Olivia,
      C’était une chance, tant mieux ! Pour le vtt, on pense souvent qu’on sera mieux, car assis plus droit. Eh bien pas forcément ! Avec le premier vtt que j’ai eu – qu’on m’avait prêté, je me souviens avoir fait la première sortie presque entièrement en danseuse, tellement j’avais mal aux fesses ! Pour la suivante, j’ai changé de selle…

  7. BARLET says:

    Bonjour,
    je lis souvent mais intervient rarement!
    Pour ma part, j’ai trouvé la selle idéale, non, pas l’Idéale 2002, (selle emblématique des années 70/80)! non, c’est une selle sur laquelle on est assis sur les ischions, qui n’a pas de bec, et qui opère un mouvement de rotation à chaque circonvolution. J’ai nommé la selle Proust du nom de son inventeur. à voir et à essayer absolument.
    Cordialement,
    Jean-Luc

    • Antoinette says:

      Bonjour Jean-Luc,

      Merci pour ton témoignage ! J’ai souvent entendu parler de cette fameuse selle Proust et c’est vrai qu’on la voit très peu… là je pense que la barrière de l’esthétique joue (encore) un grand rôle. Je vais trouver à la tester à l’occasion !

  8. Jacques says:

    Entre la selle et le fessier, il y a le cuissard! Au début de mon activité de cycliste, je croyais que tous les cuissards se valaient sur ce plan, je me suis aperçu avec le temps que ce n’est pas le cas et qu’il vaut la peine d’y mettre un certain prix…

  9. Jacques says:

    Veloplus (www.veloplus.ch) propose des tests informatisés en magasin pour choisir la selle qui convient, sur la base de mesures de pression (malheureusement il faut aller à Berne…). La distance fait que je n’ai pas encore essayé…

    • Antoinette says:

      Merci pour tes commentaires !
      Tiens, je ne savais pas que Veloplus avait un magasin près de Berne… (Ostermundigen) C’est intéressant ces tests, mais je me demande si c’est aussi efficace qu’un test réel – ça prend moins de temps, c’est sûr (si on n’habite pas trop loin !). Et les explications risquent d’être données en allemand…

      Et tu as raison, le cuissard a aussi beaucoup d’importance ! J’ai prévu d’en parler dans la 2e partie de cet article ;-)

  10. Brigitte says:

    Très intéressant comme d’habitude ! J’ajouterais juste une petite remarque à cette phrase

    « si vous commencez à avoir mal « devant » (je pense surtout aux femmes), c’est souvent parce que notre selle a basculé en arrière. »

    … ou qu’elle est usée au point d’être affaissée … cela m’est arrivé en juin dernier … je pense qu’elle était devenue légèrement creuse. C’est douleureux, cela va même jusqu’à lancer au niveau du nerf dit « honteux » .Le problème a été résolu en changeant de selle.

    • Antoinette says:

      Merci Brigitte !
      C’est juste – à moins d’avoir une fameuse Brooks – les selles s’affaissent ! Je vais le mentionner dans la 2e partie de cet article, merci de me l’avoir rappelé ! J’ai en effet eu exactement les mêmes sensations chaque fois que mes selles arrivaient « au bout » :-)

  11. Muriel says:

    Hello Antoinette, il m’a fallu moi aussi tester plusieurs selles avant de trouver non pas la bonne selle, mais en tout cas la moins pire. Par contre j’ai eu aucun problème avec mon revendeur, au contraire, il avait plein de selles test, mais peu pour femmes malheureusement.

    Suite à notre sortie, j’ai descendu ma selle de 2mm et tout de suite il m’a semble avoir moins mal et pédaler + facilement. À valider sur ma prochaine sortie!…

    • Antoinette says:

      Hello Muriel,
      Tu as un bon magasin de vélo, qui a le sens du commerce, c’est précieux !
      Et c’est tant mieux que tu te sentes mieux avec ta selle un soupçon plus bas, car c’est vrai que tu déhanchais légèrement. Notre corps est sensible et il suffit parfois d’un rien… :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.